Retour  la naissance de Yoko Tsuno

 
1 - Le Trio de l'étrange

2 - L'Orgue du diable
 
3 - La Forge de Vulcain
 
4 - Aventures électroniques
 
5 - Message pour l'éternité
 
6 - Les Trois soleils de Vinéa
 
7 - La Frontière de la vie
 
8 - Les Titans
 
9 - La Fille du vent
 
10 - La Lumière d'Ixo
 
11 - La Spirale du temps
 
12 - La Proie et l'ombre
 
13 - Les Archanges de Vinéa
 
14 - Le Feu de Wotan
 
15 - Le Canon de Kra
 
16 - Le Dragon de Hong Kong
 
17 - Le Matin du monde
 
18 - Les Exilés de Kifa
 
19 - L'Or du Rhin
 
20 - L'Astrologue de Bruges
 
21 - La Porte des âmes
 

Couverture de l'album
Roger Leloup offre à son héroïne un retour — très attendu ! — dans le monde aux possibilités illimitées des Vinéens. Publié dans les numéros 2306 à 2323 de SPIROU, du 24 juin au 21 octobre 1982, Les Archanges de Vinéa conte la découverte d'une ville immergée où ont jadis disparu un demi-million d'enfants. La légende de la ville d'Ys fait toujours rêver.

"— Je voulais travailler dans un milieu sous-marin, dit Leloup. J'ai d'ailleurs toujours l'idée d'une histoire qui se passerait sur une planète entièrement aquatique. A l'origine, la cité était destinée à accueillir et protéger une importante réserve d'enfants que des robots se trouvaient chargés d'éduquer. Lorsque la montée des flots l'a menacée, ses habitants ont veillé à la rendre hermétique et elle est devenue un milieu clos, submergé et séparé du reste de la civilisation où les enfants étaient appelés un jour à assurer la relève et à grossir les rangs des adultes. La reine de ce centre les a maintenus en état de léthargie à l'approche de l'adolescence pour éviter de voir son pouvoir remis en jeu."

 
Au contexte de civilisation engloutie s'ajoute un thème très biblique : l'enfant qui pourrait évincer le tyran et la réaction de celui-ci devant la menace potentielle. Et c'est Yoko qui va bouleverser la situation. Pour moi, le passé est souvent source d'erreurs, le présent les découvre et le futur va les réparer. Nous subissons tous la malédiction des fautes commises par nos ancêtres et, le jour où nous le réalisons, nous essayons de les corriger pour améliorer le futur.

"— Je voulais travailler dans un milieu sous-marin, dit Leloup. J'ai d'ailleurs toujours l'idée d'une histoire qui se passerait sur une planète entièrement aquatique. A l'origine, la cité était destinée à accueillir et protéger une importante réserve d'enfants que des robots se trouvaient chargés d'éduquer. Lorsque la montée des flots l'a menacée, ses habitants ont veillé à la rendre hermétique et elle est devenue un milieu clos, submergé et séparé du reste de la civilisation où les enfants étaient appelés un jour à assurer la relève et à grossir les rangs des adultes. La reine de ce centre les a maintenus en état de léthargie à l'approche de l'adolescence pour éviter de voir son pouvoir remis en jeu. Au contexte de civilisation engloutie s'ajoute un thème très biblique : l'enfant qui pourrait évincer le tyran et la réaction de celui-ci devant la menace potentielle. Et c'est Yoko qui va bouleverser la situation. Pour moi, le passé est souvent source d'erreurs, le présent les découvre et le futur va les réparer. Nous subissons tous la malédiction des fautes commises par nos ancêtres et, le jour où nous le réalisons, nous essayons de les corriger pour améliorer le futur."

Couverture de lancement dans le journal de Spirou en 1982
 
Pour le dessinateur, c'est l'occasion d'évoquer à la fois la technique à travers androïdes, robots et organisation technique de la cité, et de rester proche de la nature avec un échantillonnage de créatures abyssales géantes, dérivées des tortues et raies. Il y voit ainsi un clin d'œil aux aquariophiles et passionnés de la vie sous les mers. Il se prendra d'ailleurs au jeu ultérieurement et un vaste aquarium trône désormais dans son atelier, telle une télévision qui passerrait exclusivement des films du regretté commandant Cousteau. Le mouvement incessant d'une myriade de petits poissons bigarrés aux formes souvent étranges apaise ainsi le stress de l'auteur confronté avec les problèmes de la création. Nul doute qu'il y trouvera un jour de l'inspiration pour l'évocation de la planète aquatique longtemps rêvée déjà.
Sous le déroulement rapide de l'action, une petite pointe de romantisme rappelle que Yoko est femme avant même d'être héroïne.

Elle est séduite par un “archange” créé pour être charmant. Elle va d'ailleurs se faire rouler dans un premier temps, mais elle découvre vite que les choses cachées en masquent souvent d'autres. Je ne voulais pas développer le thème classique de la civilisation disparue et pourtant toujours active, comme les multiples résurgences de l'Atlantide. Ici, la cité disparue se contente de survivre. Les archanges et la reine Hégora ne sont pas ce qu'ils paraissent de premier abord. C'est l'apport d'une volonté neuve et généreuse qui assurera l'avenir du foyer préservé dans l'abysse.
Hégora est un superbe type de dominatrice mue par son désir de revanche sur les autres cités. En instrument du destin, Yoko s'efforce de la comprendre avant de la juger. L'affrontement sera parfois féroce entre ces deux caractères opposés mais complémentaires. Dans le monde de Yoko, les adversaires féminines se respectent, mais ne se font pas de cadeau.