Retour  la naissance de Yoko Tsuno

 
1 - Le Trio de l'étrange

2 - L'Orgue du diable
 
3 - La Forge de Vulcain
 
4 - Aventures électroniques
 
5 - Message pour l'éternité
 
6 - Les Trois soleils de Vinéa
 
7 - La Frontière de la vie
 
8 - Les Titans
 
9 - La Fille du vent
 
10 - La Lumière d'Ixo
 
11 - La Spirale du temps
 
12 - La Proie et l'ombre
 
13 - Les Archanges de Vinéa
 
14 - Le Feu de Wotan
 
15 - Le Canon de Kra
 
16 - Le Dragon de Hong Kong
 
17 - Le Matin du monde
 
18 - Les Exilés de Kifa
 
19 - L'Or du Rhin
 
20 - L'Astrologue de Bruges
 
21 - La Porte des âmes
 

Couverture de l'album
Présentée du 27 mars au 21 août 1980, dans les numéros 2189 à 2210 de l'hebdomadaire SPIROU, La Spirale du temps offre un champ d'activité particulièrement vaste à l'héroïne. Grâce au translateur de sa nouvelle amie Monya, une voyageuse venue du futur, elle sera désormais capable de revenir dans le passé et d'y jouer un rôle non négligeable, même si les limites de ce type de transfert sont très strictes et définies depuis le célèbre roman Le Voyageur imprudent, de René Barjavel, en 1944. La logique veut en effet qu'un acte posé dans le passé peut influencer de telle sorte le présent que l'on se trouve en fait dans l'impossibilité de le pratiquer lorsqu'on appartient à la même ligne du temps. Une intervention parmi ses antécédents implique que l'on retrouve au retour son propre univers profondément modifié. L'imagination fertile des auteurs doit se livrer à un véritable travail d'équilibriste pour motiver une intervention dans le temps sans briser la continuité historique qui unit le présent à sa source.


 

"— En fait, je croyais ne faire qu'un seul épisode dans le temps, constate Roger Leloup, mais les lecteurs ont souhaité que j'y revienne. Ils aiment bien et c'est une possibilité de renouveler les décors et les atmosphères. Mais chaque fois que je réutilise la machine, j'ai l'impression de refaire les mêmes dessins, forcément ! Dans un certain sens, j'y suis moins libre qu'avec les Vinéens où je peux m'amuser à composer régulièrement de nouveaux engins...Je n'en suis donc, au vingt-deuxième album, qu'à mon quatrième voyage dans le passé quoique cela me permette de confronter Yoko à d'autres époques. Je préfère ne pas aller vers le futur, car on s'y engage en terrain mouvant. Après tout, les Vinéens sont déjà pour moi une forme de futur extérieur au nôtre. C'est une civilisation futuriste parallèle à la nôtre sans être trop différente, ni extravagante. Je peux lui attribuer en toute liberté d'imagination des découvertes qui appartiendront peut-être à notre propre troisième millénaire. Et ceci sans jouer à l'auteur visionnaire qui décrit notre évolution. On se trouve vite dépassé par la réalité lorsqu'on extrapole ce que sera la civilisation dans quelques générations d'ici... Faire revivre une époque disparue m'offre le plaisir de la redécouvrir moi-même. Lorsque Yoko reste sur terre, j'aime disposer d'une documentation solide, ce que permet un séjour dans le passé..."



De gauche droite : Roger Leloup, Willy Lambil et Raoul Cauvin

Ainsi Yoko rencontre son oncle Ishida en 1943, bien avant sa propre naissance, mais c'était un fait qui était déjà écrit en quelque sorte dans l'histoire de sa famille. Son action est dirigée contre une créature étrange, se nourrissant d'antimatière, afin d'éviter que l'invention ultérieure d'une bombe à contraction détruise la planète en 3 872. Ce premier voyage interfère donc dans le passé pour préserver l'avenir. Ce bouleversement bénéfique condamne cependant Monya à rester exilée dans le temps, auprès de Yoko, afin de ne pas perturber sa propre époque désormais modifiée.
La découverte par Yoko, à la planche 4, d'une sculpture représentant sur un temple une danseuse balinaise est assez importante à ce stade de la série. En soi, la séquence apparaît simplement comme une petite touche d'exotisme local mise là pour authentifier le décor. En photographiant ce détail architectural lors de son voyage de documentation à Bali, Roger Leloup ignorait encore qu'il s'intégrerait un jour de manière beaucoup plus vivante à son œuvre.
Couverture de lancement dans le journal de Spirou en 1980
 
Ce n'est que quelques années plus tard qu'il entreprendra de faire revivre cette danseuse dans son dix-septième album, Le Matin du monde, la seconde grande aventure de Yoko dans le temps. Avec les personnages secondaires récurrents déjà bien définis, ce type de lien discret assure la cohésion de l'œuvre d'un album à l'autre. Le subconscient de l'auteur travaille constamment à préparer l'avenir sans que ce dernier soit toujours conscient des motifs pour lesquels il glisse ici et là des ouvertures sur un imaginaire qu'il développera un jour plus en détail.