Retour à la naissance de Yoko Tsuno

 
1 - Le Trio de l'étrange

2 - L'Orgue du diable
 
3 - La Forge de Vulcain
 
4 - Aventures électroniques
 
5 - Message pour l'éternité
 
6 - Les Trois soleils de Vinéa
 
7 - La Frontière de la vie
 
8 - Les Titans
 
9 - La Fille du vent
 
10 - La Lumière d'Ixo
 
11 - La Spirale du temps
 
12 - La Proie et l'ombre
 
13 - Les Archanges de Vinéa
 
14 - Le Feu de Wotan
 
15 - Le Canon de Kra
 
16 - Le Dragon de Hong Kong
 
17 - Le Matin du monde
 
18 - Les Exilés de Kifa
 
19 - L'Or du Rhin
 
20 - L'Astrologue de Bruges
 
21 - La Porte des âmes
 

La première Yoko
Il était une fois un puissant magazine allemand, ELTERN ("Parents"), au sommaire fort austère. Soucieux d'offrir quelques pages de divertissement au public, son patron suggéra à l'éditeur belge Charles Dupuis qu'un de ses artistes crée une série de haut niveau dont il bénéficierait de la prépublication. Elle pourrait paraître parallèlement dans l'hebdomadaire SPIROU et assurer une nouvelle collection d'albums autour de personnages à la renommée ainsi assurée par les deux entreprises de presse.

Cela tombait bien : un artiste de 35 ans venait de présenter ses premiers projets de travaux indépendants et le fait qu'il avait mûri plus de quinze ans dans l'ombre d'Hergé et de Jacques Martin augurait favorablement de son avenir dans un métier difficile.

Roger Leloup, puisque c'était lui, se trouvait de surcroît parrainé par deux prestigieux éléments de la maison carolorégienne : Peyo et Maurice Tillieux. L'aventure ainsi présentée tient du conte de fées, mais la réalité apporte des péripéties imprévisibles aux initiatives engagées sous les meilleurs auspices.



-- Cela a été un lent cheminement, rappelle Roger Leloup. J'avais déjà travaillé au décor d'un épisode de "Jacky et Célestin ", deux personnages de Peyo que Francis venait d'animer pour le SOIR ILLUSTRE dans l'épisode Un Barbu a disparu . J'aurais accepté de travailler sur "Benoît Brisefer" avec Walthéry, mais cela ne s'est pas fait et Peyo a insisté pour que je lance ma propre série. Lorsque Jacky et Célestin ont cessé de paraître dans cet hebdomadaire, Peyo m'a proposé de les reprendre. Il envisageait peut-être de les relancer dans SPIROU. J'en ai réalisé en 1968 une page d'essai soumise à la rédaction de SPIROU avec le feu vert de Peyo.
Mon scénario pour cet épisode évoquait une araignée mécanique; il était déjà complètement écrit et je l'ai repris par la suite pour une aventure de Yoko, L'Araignée qui volait. En fait, on m'a expliqué qu'il était préférable de lancer de nouveaux héros. La demande allemande a accéléré les choses et j'ai ainsi créé Vic et Pol.
Les relations de mes deux héros masculins ont été un peu influencées au départ par cette expérience, mais je les ai placés dans le milieu de la télévision parce que je m'occupais à l'époque d'une animation télévisée pour les studios Hergé. Je voulais mettre en scène une équipe réalisant des émissions à la frontière de la fiction. Yoko existait déjà dans mes projets, mais elle n'intervenait que comme personnage secondaire, dans le scénario de "L'Araignée".
Je l'ai donc introduite dans la scène de la grue qui, au départ, était beaucoup plus longue qu'elle ne l'est devenue dans le récit définitif.