Retour à la naissance de Yoko Tsuno

 
1 - Le Trio de l'étrange

2 - L'Orgue du diable
 
3 - La Forge de Vulcain
 
4 - Aventures électroniques
 
5 - Message pour l'éternité
 
6 - Les Trois soleils de Vinéa
 
7 - La Frontière de la vie
 
8 - Les Titans
 
9 - La Fille du vent
 
10 - La Lumière d'Ixo
 
11 - La Spirale du temps
 
12 - La Proie et l'ombre
 
13 - Les Archanges de Vinéa
 
14 - Le Feu de Wotan
 
15 - Le Canon de Kra
 
16 - Le Dragon de Hong Kong
 
17 - Le Matin du monde
 
18 - Les Exilés de Kifa
 
19 - L'Or du Rhin
 
20 - L'Astrologue de Bruges
 
21 - La Porte des âmes
 


Roger Leloup au travail
Regroupant l'ensemble des courtes histoires consacrées à Yoko de 1970 à 1973, l'anthologie Aventures électroniques, éditée en 1974, montre clairement cette évolution. Hold-up en Hi-fi (SPIROU 1693 du 24 septembre 1970), L'Ange de Noël ( SPIROU 1706 du 24 décembre 1970) et Le Belle et la bête (SPIROU 1709 du 14 janvier 1971) constituent véritablement les premiers tâtonnements de l'artiste avant qu'il se lance définitivement dans la course de fond avec son premier grand récit en quarante-quatre planches. De planche en planche, il acquiert de l'assurance et sa propre personnalité graphique. Ce ne sont encore que des ébauches de son univers, mais elles éveillent l'attention des lecteurs perspicaces.

 
On remarquera toutefois une légère erreur à la conclusion de La Belle et la bête, où Yoko laisse entendre que son père s'appellerait Susuki Tsuno. Une précision improvisée avec Maurice Tillieux pour donner une bonne chute, mais les deux compères sont loin d'imaginer que Yoko retrouvera un jour le véritable auteur de ses jours et que de nombreux passionnés de la saga s'interrogeront sur ses antécédents!


En 1974, Roger Leloup reçoit le Grand Prix
Saint-Michel pour la Forge de Vulcain des mains
d'André Leborgne

"On a imaginé un nom trop rapidement", reconnaît Leloup. Lorsqu'il interviendra réellement dans la série,"je fixerai mon choix sur Seiki Tsuno, parce que Susuki est en fait un nom de famille. En 1991, dans mon roman L'Ecume de l'aube, traitant de la jeunesse de Yoko, je donnerai le nom de Masako à sa mère. Et pour maintenir la cohérence de son passé, je lui ai composé un arbre généalogique s'étendant sur les deux générations antérieures. Ainsi a-t-elle deux tantes du côté paternel, Chizuka et Hiromi, et un oncle côté maternel, Hiroshi Ishida."

Par la suite, pour compléter l'anthologie envisagée de courts récits, Roger Leloup va évoquer deux sujets qui lui tiennent particulièrement à cœur. Difficile à animer en quelques planches, le “trio” est réduit à deux unités avec la seule présence de Pol auprès de Yoko. Du Miel pour Yoko (SPIROU 1747 du 7 octobre 1971) est influencé par son intérêt pour l'apiculture, souvent illustré discrètement dans ses récits. Ainsi, les Vinéens maintenus en hibernation se trouvent rangés dans des alvéoles superposées comme la structure des rayons d'une ruche.
La structure alvéolaire est la meilleure façon de stocker sans perte de place, chaque unité étant imbriquée dans d'autres, souligne-t-il. Dans Les trois soleils de Vinéa, je réutiliserai cette technique pour les miroirs solaires des Vinéens, dessinés d'après un des éléments d'une de mes ruches...

Couverture de l'album
 

"— C'est au moment où j'ai commencé les Vinéens que je me suis consacré aux abeilles. Depuis ma jeunesse, j'avais une collection de papillons et d'insectes. Passer au stade d'apiculteur amateur était une sorte de prolongation de cet intérêt. Certaines des abeilles que j'élevais au fond de mon jardin rentraient le soir à la ruche après un dernier voyage. Elles essayaient de monter le long d'une petite tuile placée à l'entrée.

Elles montaient, glissaient, s'effondraient et finissaient par mourir sans que jamais n'intervienne l'une des gardiennes qui surveillaient le manège. Notre société moderne ressemble de plus en plus à une ruche. Cette civilisation paraît implacable : les inutiles sont apparemment jetées dehors, mais nombre d'entre elles semblent ne rien faire. Elles demeurent en réserve pour intervenir dès qu'on a besoin d'elles. En fait, les abeilles ont une durée de vie déterminée par leur activité, un peu comme si l'on mettait du carburant en elles et qu'elles disposeraient d'une quantité précise de battements d'ailes à effectuer. Certaines vont les faire en trois semaines et elles vont mourir. D'autres en trois mois, et elles tiendront tout ce temps. Lorsqu'elles ont épuisé toute leur énergie, elles disparaissent. Tout est organisé pour la communauté, fondée autour d'un pivot : la reine. L'évolution des Vinéens les a conduits à une société assez semblable : ils sont totalement asservis à la machine. Chez eux, seule l'efficacité compte et l'amitié est un sentiment qu'ils ne connaissent pas : ils le découvrent grâce à Yoko "