Retour  la naissance de Yoko Tsuno

 
1 - Le Trio de l'étrange

2 - L'Orgue du diable
 
3 - La Forge de Vulcain
 
4 - Aventures électroniques
 
5 - Message pour l'éternité
 
6 - Les Trois soleils de Vinéa
 
7 - La Frontière de la vie
 
8 - Les Titans
 
9 - La Fille du vent
 
10 - La Lumière d'Ixo
 
11 - La Spirale du temps
 
12 - La Proie et l'ombre
 
13 - Les Archanges de Vinéa
 
14 - Le Feu de Wotan
 
15 - Le Canon de Kra
 
16 - Le Dragon de Hong Kong
 
17 - Le Matin du monde
 
18 - Les Exilés de Kifa
 
19 - L'Or du Rhin
 
20 - L'Astrologue de Bruges
 
21 - La Porte des âmes
 

La publication du septième volume de cette intégrale coïncide avec l'anniversaire des trente premières années d'existence de l'héroïne, puisque c'est à la Noël 1968 qu'elle est née sous le crayon d'un obscur assistant de studio. Un huitième tome ne sera possible que lorsque l'artiste aura terminé les trois prochaines aventures en gestation dans son imagination. Elles marqueront les premiers pas de Yoko dans la Chine profonde et probablement, si un autre de ses projets ne se dégage pas en priorité, un retour sur Vinéa. Le premier récit (La Jonque céleste) vient d'être édité en album traditionnel, tandis que Roger Leloup avance déjà dans sa suite logique (La Pagode des brumes). L'enthousiasme de l'auteur est tel pour ce nouveau développement de l'univers de l'héroïne que nous espérons pouvoir prolonger cette collection exceptionnelle au seuil du proche nouveau millénaire.
Yoko et son père spirituel sont désormais célèbres. Cela n'a pourtant pas changé leur vie, même si l'auteur a souvent l'impression d'être traqué par de sympathiques mais combien nocifs importuns.

 

— Le fait d'être connu représente une joie parce que l'on constate qu'on est lu, conclut Leloup. Cela prouve qu'on ne s'est pas trompé et que le travail livré est bien fait, mais on ne doit pas se monter la tête. Tout artiste aime être soutenu, mais c'est dans la solitude qu'il développe ses dons. J'évite d'aller à des séances de dédicaces car, pendant ce temps, ma page reste blanche. Le dessin que j'offre à une personne particulière prive toutes les autres d'une petite part des futures aventures de Yoko. Certains de mes collègues sont si souvent en déplacement qu'on se demande quand ils ont encore réellement le temps de dessiner. Même en ne sortant guère, je suis déjà trop souvent sollicité à mes yeux, car j'aimerais me consacrer entièrement à l'élaboration des récits. C'est pourquoi j'aimerais demander à tous mes amis d'aimer Yoko pour ce qu'elle est et d'attendre avec patience son prochain album en m'accordant le temps de l'élaborer. Elle reste, pour moi, un personnage de papier et elle doit communiquer à travers celui-ci avec toutes les personnes qui partagent son idéal. Elle ne me parlera jamais, mais je sais qu'à travers elle, j'offre aux autres l'émotion et la poésie qui sont en moi. Laissez-moi le temps de les exprimer.

Roger Leloup avec le Colibri Photo : Daniel Fouss