Retour  la naissance de Yoko Tsuno

 
1 - Le Trio de l'étrange

2 - L'Orgue du diable
 
3 - La Forge de Vulcain
 
4 - Aventures électroniques
 
5 - Message pour l'éternité
 
6 - Les Trois soleils de Vinéa
 
7 - La Frontière de la vie
 
8 - Les Titans
 
9 - La Fille du vent
 
10 - La Lumière d'Ixo
 
11 - La Spirale du temps
 
12 - La Proie et l'ombre
 
13 - Les Archanges de Vinéa
 
14 - Le Feu de Wotan
 
15 - Le Canon de Kra
 
16 - Le Dragon de Hong Kong
 
17 - Le Matin du monde
 
18 - Les Exilés de Kifa
 
19 - L'Or du Rhin
 
20 - L'Astrologue de Bruges
 
21 - La Porte des âmes
 


Leloup posant avec l'album.

Au retour, j'en ai parlé à ma femme, et ma fille, qui nous écoutait à l'arrière de la voiture, s'est enquise : “Pourquoi elle est morte, la petite fille de Rothenburg?” J'ai essayé de lui expliquer que c'était la guerre, mais, trois kilomètres plus loin sur l'autoroute, elle a répété sa question : “Pourquoi elle est morte, la petite fille de Rothenburg? On est os quand on est mort?” “Mais non, Annick, non, elle est au ciel!”, ai-je répondu, mais je sentais bien que cette affirmation ne résolvait rien. Je racontais des histoires et cela me tracassait, car j'avais toujours sa réaction en tête. La découverte de la mort de cette enfant me bouleversait, comme si c'était la mienne. A notre retour à la maison, elle a encore répété sa question et j'ai eu envie de ressusciter la petite fille de Rothenburg... Tout est parti de là. J'ai pu ainsi rassurer ma fille, mais il y a au cimetière de la ville une tombe avec une petite croix. Personne ne vient jamais prier dessus, parce qu'il n'y a plus de famille, plus rien... Et par la magie de la bande dessinée, j'ai essayé de faire revivre cette enfant avec un crayon dans le cœur, mais, hélas, ça ne s'est pas terminé dans la vie comme je l'ai raconté.

 
Peu après la sortie de l'album, Leloup retourna montrer les décors réels de Rothenburg à des connaissances en vue d'une éventuelle émission à la télévision française. L'attachée de presse des Editions Dupuis l'accompagnait et lui signala bruquement : “Ne te retourne pas trop vite, tu vas attraper un coup au cœur!“
A quelques mètres de lui se trouvait la parfaite réplique de sa Magda Schulz, promenant une poussette et dégustant une crème glacée, pratiquement au même endroit que le dessin de conclusion de l'ouvrage. La vie continue, même si Anne-Marie Dietz repose bien au cimetière de Rothenburg depuis 1945.

La ville reconstruite à l'ancienne a perdu une bonne partie de sa population d'origine et a été repeuplée par des Sudètes et des personnes déplacées par les remous de l'après-guerre. Par une certaine ironie du sort, l'ouvrage de Leloup n'a pas eu un retentissement particulier dans la cité lors de sa parution en allemand aux Editions Carlsen. Il reste trop peu de vrais natifs du Rothenburg d'avant-guerre pour se soucier encore de cette page tragique de l'Histoire. Seul le musée communal expose quelques reproductions de planches à titre de curiosité.
Dans une histoire aussi forte, le crescendo devait monter jusqu'à la fin.


Roger Leloup en dédicace
 
Yoko va frôler la mort et c'est son ancienne adversaire qui lui sauve la vie. La jeune Japonaise redécouvre le charme de l'existence, tout comme sa petite protégée recouvre l'usage de ses jambes après que le passage en rase-mottes de deux avions l'eut ramenée psychologiquement avant la tragédie.
L'auteur joue ainsi habilement jusqu'à la conclusion sur les contrepoints et les inversions, multipliant avec bonheur les variations autour d'un thème majeur. Vivre est essentiel, le reste constitue des chimères.
Ses histoires mêlent ainsi régulièrement des messages profondément humanistes aux péripéties passionnantes, mais celles-ci ne sont jamais gratuites et répondent toujours à des exigences morales profondes. Ainsi Yoko et ses compagnons n'ouvriront le faux cercueil de Magda Schulz qu'après s'être assurés qu'il est vide de toute dépouille humaine : on ne profane pas les sépultures. Leloup veille scrupuleusement à ce que ses héros ne donnent jamais de mauvais exemple, même pour une bonne cause.


Revenir à la page précédente